The music never dies..
    Bienvenue chez nous !

    Tu te trouve dans un monde où collégiens, mystiques et chats vivent en communauté. Rejoins nous vite ! Et n'oublie pas : La musique vit en toi !

The music never dies..

Forum RPG en music, la musique vie en vous !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 When the life does not have sense anymore, and when stars do not shine any more in the sky

Aller en bas 
AuteurMessage
Mélodie du Silence |Luna

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 25/02/2011

MessageSujet: When the life does not have sense anymore, and when stars do not shine any more in the sky   Lun 21 Mar - 10:08

  • Quand la vie devient une torture, il faut parfois prendre des décision, ou encore l'abandonner..
    Plus aucune envie. Aucune joie. Plus rien qui puisse me faire tourner la tête. Plus rien qui puisse changer quoi que ce soit. Le regard dans le vague, des yeux ternes, inanimés. Aucune lumière de joie. Juste ce vide profond, ce vide qui s'insinue dans votre âme, qui jamais n'en sortira. Ce vide appelé deuil, qui vous souffle les pires choses, vous humecte de son courant glacé, vous pousse à bout, et vous fait avancer, toujours et encore vers l'obscurité. Et la brume, cette brume froide qui vous entoure peu à peu, brouille vos sens et vos paroles.

    Tic tac..
    L'heure tourne lentement, au rythme du cliquetis de l'horloge, qui résonne aussi fort que le gong menaçant, que le sifflement de la nuit dans les feuilles, que le hurlement à la pleine lune du loup. Tic tac...
    Toujours ce claquement incessant, au for et à mesure que le temps passe. Je lève les yeux, la première fois depuis des heures. j'observes les aiguilles distraitement. 19h43. J'ai peu de temps, pourtant je reste là. Incapable de bouger. Mon esprit est focalisé sur un monde qui n'est pas le mien, sur une scène passée qui ne cesse de me hanter, de troubler mes insomnies, d'interrompre mes pensées. Et ce sentiment de culpabilité, cette haine mordante envers moi-même. Je ne peux y faire face.. Je n'ai pas la force de remonter la pente.Du moins, je ne l'ai plus.
    Ses derniers mots résonnent dans ma tête, meurtrissent mes tympans. ET pourtant, je ne peux les fuir. Je ne peux abandonner les souvenirs. Et cette boule qui peu à peu se forme dans la gorge. Cette peur qui me pousse vers le fond, qui me noie dans ma propre réflexions.
    19h46
    .
    Quelques minutes seulement avant l'heure fatidique. Avant que ma dernière chance de salut ne me glisse entre les mains. Je dois me dépêcher.
    Je me redresse à moitié, attrape une feuille blanche, et un stylo plume. La mine posé sur le papier. Des centaines de mots se dévergondent dans mes pensées. Des centaines d'explications, d'excuses, d'accusations, ou encre d'adieux. Mais pourtant, je suis incapable d'écrire quoi que ce soit sur cette feuille. Trop vide, trop imposante. Elle reflète en elle-même mes angoissent les plus sombres, mes peur les plus profondes. Faire demi-tour.. Ce serait une solution, pourtant, malgré tout j'en suis incapable.. Incapable de m'exprimer. Incapable de sortir de l'obscurité qui m'entoure..
    19h50
    ..
    Plus que dix minutes. La gravité de la situation me pousse à bout. Je me sens faible.. Ma tête bouillonne, j'ai une atroce migraine. Dans mon esprit se forment des mots. Des mots mis les uns à la suite des autres, et forment des phrases. Un texte entier. Je frôle le papier vierge, l'encre coule, forme les lettres, le texte entier. Je ne ressens aucune émotion. Incapable de ressentir quoi que ce soit. Incapable de pleurer plus..
    19h53

    Les phrases se forment peu à peu, violentes, déchirantes. Une lettre d'adieu, ce n'est pas fait pour ménager ses destinataires, et on ne peut pas dire que je le fasse. J'exprimais ma colère contre eux, le peu d'amour que je leur portais.. Et l'encre tourbillonnait, tandis que le tic tac incessant de l'horloge résonnait au rythme régulier de ses aiguilles
    19h56

    Je relis les quelques phrases. Un frisson me parcouru, tandis que j'imaginai mes parents lire cette lettre. Quelle serait leur réaction ? Sans doutes, il seraient choqués, mais ne s'inquiéteraient pas plus que ça. En faite, je n'étais rien pour eux. Moi, la petite dernière de la famille. La petite ermite solitaire, qui vivait dans l'ombre de ma soeur. Moi qui ne lui arrivais pas à la cheville..
    19h58
    .
    Je relis les quelques phrase, lentement, répétant chaque mots avec froideur. Je veux les faire souffrir, comme j'avais soufferts dans le passé..

    Chère parents,

    C'est fini, ça ne peut plus durer. Cette situation n'est plus soutenable.Je m'en vais. Je pars. Si vous vous demandez ou je vais, sachez que je ne le sais pas moi-même. Je pars loin, loin de la peur, loin de la tristesse. Loin de ce monde froid, ce monde ou parfois les gens meurent. Mais je e reviendrais pas, et il est inutile de partir à ma recherche, même si je sais que vous ne le feriez pas. Je vous laisse donc cette lettre pour vous en informer, et pour pouvoir partir avec le simple regret de n'avoir pu trouver une fin heureuse à cette histoire qui avait déjà mal commencé. j'aimerais vous dire que je vous aime, que je vous aimerais toujours, mais vous ne m'en avez pas donné la possibilité. Prenez bien soin d'Athéna, même si je sais que vous le feriez. Adieu, ou peut être qu'on se reverra dans une autre vie.

    Luna
    .

    A la lueur de la bougie, qui elle seule éclairait la pièce, je relisais, encore et toujours. En étais-je réellement capable ? Pourrais-je faire demi-tour, ne pas partir ? Non. Impossible. C'était la seule solution. Une unique larme roula sur ma joue, tâchant la lettre d'encre diluée. Puis, me retournant lentement, je déposais le papier sur la table, et soufflait sur la bougie. La flamme vacilla faiblement, puis s'éteignit, mettant à elle seule fin à mon ancienne vie.

    20h00

    La faible lumière de la lune éclaire mon regard bleuté d'un air fantomatique. Sa chaleur réchauffe mon corps. Je me sentirais presque bien là. La transformation commence. Ma taille, mes bras. Mes oreilles. Tout mon corps change, se transforme. je me sens légère ! Ma vision s'affine. Une centaine d'odeur percute mon odorat. Peu à peu, mon corps prenait l'apparence d'un chat. Je n'étais plus Luna Cameron. J'étais Mélodie du Silence. Ce si beau nom que je m'étais moi-même attribué, le jour ou j'avais compris ce phénomène. Un jour ou tout allait bien. Un jour ou tout était simple. Un jour ou la vie avait encore un sens.. Un jour ou il était encore là..
    Je lève les yeux ver l'astre. La transformation est terminée.Ma dernière transformation en ce monde..


    J'avance lentement, sur l'herbe fraîche. Mes coussinets frôlent à peine le sol. Aucun bruit, sauf le battement incessant de mon cœur contre ma poitrine. Mon cœur.. Ennemi dans bien des situation. Capable d'attirer plus de problèmes que n'importe quoi. apable de faire ressentir un bonheur incomparable, et la minute d'après, nous laisser choir dans un désespoir apocalyptique.. Il peut se montrer dur et froid comme de la pierre, mais se briser en un seul choc.. Oui, le cœur est une chose redoutable, source de beaucoup de douleurs.. Et le mien est un maître en cette matière. C'est pourquoi, il faut l'obliger à cesser de battre. L'éteindre à jamais, pour faire disparaître les larmes continues.. Les larmes qui ne cessent de couler.. Les larmes qui laisse des traces indélébiles..

    Tout n'est plus qu'obscurité et tristesse depuis que tu es parti, depuis que la lumière de la vie billant dans tes yeux s'est éteinte à jamais. Je le sais, je ne devrai pas me morfondre ainsi, mais je n'arrive pas à me faire à l'idée que, plus jamais je ne te reverrai. Je t'aimais tant, et tu t'es enfui dans l'infini repos du sommeil éternel. C'est sans doutes mieux ainsi. Tout à une fin, tout est éphémère, s'attacher aux gens n'est qu'une immense erreur. Un jour, je te rejoindrai. Depuis ton départ, depuis que la mort t'as emmené avec elle, loin de moi, j'attends ce moment. Jamais je ne t'oublierai. Je t'aime.. Je t'aime et je t'aimerai toujours.. Malgré l'impensable distance qui nous sépare.. jamais je ne t'oublierai.. Je te rejoindrai coute que coute.. Will..

    Tu sais, cette histoire a tant à nous apprendre. Tout a une fin. Certaines sont triste, d'autres joyeuses, on ne choisi pas. Tout ce qu'on peut faire, c'est faire en sorte que la fin ne soit pas trop dure. Au fond, tu as eu de la chance. Je pense que, la pire des fins, c'est de partir en dernier. La mort n'est rien, une simple fatalité. Tout le monde y passe un jour ou l'autre. Mais, voir ceux qu'on aime partir, c'est plus dure que la plus douloureuse des morts. Tu sais, la peine laisse des traces. Même si elles ne sont pas visibles, elles sont souvent pires que les blessures physiques. A présent, vivre malgré la douleur n'est plus possible.. Je serai avec toi quoi qu'il arrive, et si la vie ne peut nous réunir, et bien la mort elle le fera.

    Le regard fixé sur mes pattes, je ne savais pas ou je me trouvais. Je me sentais comme enfermée. J'étais mal. Faible. Mes pattes tremblaient violemment. La faim, la fatigue, le deuil et ces nuits entières sans dormir, avaient fait de mo un être fragile, ébranlable à la moindre brise.. Je levais la tête. Mes pas m'avaient guidés vers les falaises.. Ces roches imposantes au pics acérés, qui tuent, déchiquetent sans le voir, qui font de nous des cadavre sanguinolants, jusqu'à ce que d'autres cieux nous appelle à eux..
    Et dans le ciel sombre, brillait une étoile. Mon étoile.. Will.. Je sais que tu es là.. Tout proche.. Mais alors, pourquoi ne te montres-tu pas ? Pourquoi me cacher, pourquoi me fuir ?

    Un flot d'émotions me parcourut. Je rejetais la tête en arrière et hurlais, husrlais à cette étoile ma tristesse, mon désespoir et le fond de colère qui bouillonaient en moi, flairait mon âme, prêts à éclater.

    "Tu avais dis que tu serais toujours là ! Tu disais que tu ne m'abandonnerais jamais, que nous serions youjours ensenble ! Tu avais dis que tu m'aimais !! Mais tu n'est pas là !! Tu es partis, tu t'es enfuis !!! Tu m'as laissé seule.. Tu m'as laissé, malgré tes promesses !! Tu es mort.. Mort, et moi je suis toujours là !! Je suis là et je t'attends.. je t'attends depuis toujurs.. mais tu es parti.. Tu ne reviendras pas, on n'y peut rien.."

    Ma voix se brisa. Je pris une grande inspiration. Ma voix se fit presque imperceptible, transformer par les larmes qui coulaient à flot.

    "C'est ma faute.. Tout est de ma faute.."

    La colère laissa place à la culpabilité, et un sentiment plus trrible encore : l'indécision.

    "Qu'est-ce que je devrais faire maintenant ? Qu'est-ce que je dois devenir.. Sans toi..?"

    Mais aucune réponse ne suivit mes paroles. Simple silence. Seule.. Seule à jamais.. Seule magré mes cris, seule malgré mes appels au secour.. Seule, et prête à tout pour ne plus l'être.. Abandonnée..
    Prête à tout ? Prête à.. Oui.. Oui, je l'étais, je l'avais toujours été. prête à tout pour le rejoindre.. Prête à tout pour quitter ce monde.. Prête à atttendre la mort les bras ouverts, et à l'acueillir comme une vieille amie.. Elle qui m'a pourtant prit tout ce que j'avais de plus cher au monde.. Et pour être franche, le pardon n'est pas une chose qui me vient facilement.

    Je m'avance vers le gouffre. Vers le vide, vers mon dernier sanctuaire. Mon dernier lieu de repos. Ce lieu ou tout disparaîtera à jamais pour moi. Ce lieu qui est ma dernière chance de faire face.
    Je m'avance lentement. Un pas près l'autre. Chaque mouvement me demande un immense effort. Encore un pas. Quelques mètre me sépare à présent de mon destin. Quelques mètres qui me semblent plus long que le plus douloureux des périples.. Et j'avance, toujours seule. Seule à affronter les lois inévitables de la vie. Défier la gravité. Aller au-delà du possible, mais jamais éviter l'inévitable. Vivre sans lui, ou le rejoindre dans la mort ? Et la mort m'acceptera-t-elle ?
    Des ombres noires dansent devant moi. Quelque chose de mystique se déroule en ce lieu. Peu être une simple hallucination.. Peut être que je suis devenue totalement folle.. Peut être que c'est la mort qui vient me chercher..?
    des pas résonnent. Une odeur. Familière. Bien trop familière. Will.. Tu es là ? Tu es enfin venu ? Mais j'ai beau scruter la nuit, il n'est pas là. Personne. Et son odeur s'est dissipée dans la nuit, tel une ombre furtive, disséminée par la lumière.. Toujours seule. J'avance encorre de quelques pas. Je suis à présent au bord de la falaise. Un pas de plus signerait mon arrêt de mort. Il me suffit d'avancer encore un peu.. juste un petit peu.. Et tout, absolument tout serait fini.. cela ne vaut-il pas la peine de prendre le risque ? De risquer sa vie, quitte à en avoir une meilleure plus tard ? Ou bien dois-je faire demi tour, retourner en arrière, et abandonner ? Abandonner ? Non. Je dois être courageuse. Affronter ma peur, ma peur du vide et du néant.. je dois le rejoindre.. Le rejoindre pour rester avec lui à jamais.. Était-ce ça le courage ? Toi, tu disais toujours que le courage, le vrai courage n'est pas d'aller au combat, mais d'en revenir la tête haute. d'affronter le destin, de le défier droit dans les yeux. Tu disais bien des choses au fond.. On ne pouvait rêver d'un meilleur ami.. D'un meilleur amour.. J'aurais aimé te connaître mieux.. Pouvoir être avec toi, le jour comme la nuit, dans la réalité comme dans les rêves, dans le bonheur ou la peine.. J'aurais aimé que tu sois là.. J'ai besoin de toi.. Plus que jamais j'ai besoin de ta présence.. Mais tu n'est pas là.. Tu n'est plus là par ma faute.. À présent, je dois assumer la conséquence de mes actes. Je te rejoins. J'arrive Will.. Nous serons bientôt réunis.. Dans la mort.
I love you more than I love my life..
Good bye life..
See you soon.. Will..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alissa Melaneco
Admin et Prof de Musique
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 22/02/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: When the life does not have sense anymore, and when stars do not shine any more in the sky   Lun 21 Mar - 10:52

[Waw :O le premier RP de notre fow est impressionnant XD Tu viens de gagner le concour ami! alors ton cadeau seraa... hmmm tu peux choisir... un design pour ton fow? ou un rang personalisé genre 'la meilleure de toutes' XD ou... bref je te fais tous les cadeaux que tu veux ami XD ]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie du Silence |Luna

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 25/02/2011

MessageSujet: Re: When the life does not have sense anymore, and when stars do not shine any more in the sky   Jeu 24 Mar - 12:04

[Je te laisse choisir ami, un cadeau ça ne se demande pas :P Merci, j'aime beaucoup ce RP, même s'il est très triste.. C'est à toi de répondre au faite avec Vol, sauf si un autre membre de clan en a envie..?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vol de l'Harfang

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 05/03/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: When the life does not have sense anymore, and when stars do not shine any more in the sky   Sam 26 Mar - 11:34

L'atmosphère était lourde. Être lieutenante, ce n'était pas rien. On était toujours obligé de se mêler à toutes les disputes dans le clan, de regler les conneries des autres, d'organiser des patrouilles,... Il y avait tout le temps quelque chose à faire et rarement le temps de s'attarder sur ses propres besoins. Au début tout cela semblait un privilège et aider le chef était un plaisir ultime, mais au plus que le temps avançait au plus Vol de l'Harfang se fatiguait. En général ces moments passaient bien rapidement. Il suffisait d'un petit échappement au Camp. Quitter sans mot dire, marcher sans but, penser sans espérer. C'était comme si le monde se vidait de son sens pendant quelques précieux instants, où la chatte blanche pouvait se reposer.

Le soir commençait seulement à tomber quand la lieutenante s'éclipsa de son camp, comme elle le faisait quand elle était apprentie et qu'elle avait envie de découvrir les territoires seule. La mélancolie des bon vieux temps ennivrait son esprit et pendant que la chatte blanche quittait le clan, ses yeux se remplirent de souvenirs anciens d'une vie sans soucis. En rentrant, elle espérait avoir retrouvé un peu de cette jeune vitalité.

Le vent carressait son pelage. Plongée dans ses souvenirs, Vol de l'Harfang c'était retrouvée en haut des falaises, dans les territoires libres. Elle se promenait sur le bord d'une des falaises, gouttent au pouvoir qu'elle avait de maitriser ses pas. Un coup de vent aurait pu le déstabiliser facilement et décider ainsi de la vie de la lieutenante, mais elle n'avait pas peur. Ses pattes se posaient lentement, touchant le sol quasi sans un bruit.

Soudainement un cri atroce et aigu déchira le silence de la nuit. Vol de l'Harfang
[W.I.P]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: When the life does not have sense anymore, and when stars do not shine any more in the sky   

Revenir en haut Aller en bas
 
When the life does not have sense anymore, and when stars do not shine any more in the sky
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FILTH IS MY LIFE RECx - shit fi tape label
» Sporting life Blues
» Joy Of Life (Post Punk - Angleterre)
» ‘Neverland’ Comes to Life For One More Day
» Satronica New ISR Album + Life Blood Pain Death Music Video

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The music never dies.. :: Les territoires libres :: Les fallaises-
Sauter vers: